Revue de presse

  • vendredi 7 octobre 2011

    tard je t’ai reconnue

    Tard je t’ai reconnue de Jacqueline Persini-Panorias Editions Aspect 16€ Que se cache-t-il derrière la pierre froide d’une tombe qu’on vient de refermer ? Pas seulement la mort dérobée aux regards, la mort "de celle / qui un temps très court / t’a prêté son ventre", mais une saga mystérieuse et cruelle dont l’enfant a nécessairement recueilli les rumeurs et dont l’adulte porte le prégnant héritage. On se souvient du "Familles, je vous hais" de Gide dans les Nourritures Terrestres. En réalité, et Jacqueline (...)
  • vendredi 7 octobre 2011

    Quatre fois vite un chuchotis

    Dans la revue Arpa Quatre fois vite un chuchotis, illustrations de Célia Chauffrey, éditions Soc & Foc, 48 pages, 12 € Qu’est-ce que c’est ? C’est beau, de forme carrée, ça brille. Qu’est-ce que c’est ? Un livre ! Pas un e-book , un vrai livre, chaud sous les doigts. Ce qui est inscrit sur la couverture s’appelle le titre. Il y a aussi le nom de la dame qui a écrit les poèmes du livre, et le nom de celle qui a fait les illustrations. On les croquerait les dessins, comme des gourmandises . Sur la (...)
  • vendredi 7 octobre 2011

    Si petits les oiseaux

    Danser avec la sittelle de Jacqueline Persini Panorias, gravures de Guillaume Landemaine "Ficelle blanche" n° 96 Théâtre Rougier éditions (30 pages - 7 €) Puisqu’il s’agit de théâtre, il y faut un décor, ce peut être l’avant-scène, et au moins un accessoire, une bicyclette. En fait, s’agit-il vraiment de théâtre ? Qu’importe puisque rien n’est convenu, et qu’ "Il suffit de prendre l’enfant [celui qu’on est resté] par la main / Pour danser avec la sittelle". Reconnaissons-le, la bicyclette y est pour (...)
  • vendredi 7 octobre 2011

    Danser avec la sitelle

    Danser avec la sittelle de Jacqueline Persini Panorias, gravures de Guillaume Landemaine "Ficelle blanche" n° 96 Théâtre Rougier éditions (30 pages - 7 €) Puisqu’il s’agit de théâtre, il y faut un décor, ce peut être l’avant-scène, et au moins un accessoire, une bicyclette. En fait, s’agit-il vraiment de théâtre ? Qu’importe puisque rien n’est convenu, et qu’ "Il suffit de prendre l’enfant [celui qu’on est resté] par la main / Pour danser avec la sittelle". Reconnaissons-le, la bicyclette y est pour (...)