Blog

mardi 21 mars 2017

Retour avec trois films.

Je n’ai pas écrit depuis longtemps dans ce blog car il est appelé à disparaître. Et ce n’est pas engageant... Mais je vais essayer tout de même de donner des nouvelles en attendant.

Dernièrement, (entre autres), j’ai vu trois films qui méritent (de mon point de vue) des critiques élogieuses.

Lion. "Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens. 25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde. Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village."

Je ne suis pas spécialement fan des histoires vraies, mais pour celle-ci, le fait qu’elle soit vraie ajoute au film. Et à la fin, il y a une surprise qui m’a tiré des larmes alors que je ne pleure pas facilement au cinéma.

Dans un autre genre : "L’autre côté de l’espoir" de Aki Kaurismaki. " Helsinki. Deux destins qui se croisent. Wikhström, la cinquantaine, décide de changer de vie en quittant sa femme alcoolique et son travail de représentant de commerce pour ouvrir un restaurant. Khaled est quant à lui un jeune réfugié syrien, échoué dans la capitale par accident. Il voit sa demande d’asile rejetée mais décide de rester malgré tout. Un soir, Wikhström le trouve dans la cour de son restaurant. Touché par le jeune homme, il décide de le prendre sous son aile."

Film qui colle à l’actualité mais l’auteur en est Kaurismaki et il réussit à créer une atmosphère parfois drôle, voire burlesque. Une leçon d’humanité et de l’espoir !

"Lost city of Z"

"L’histoire vraie de Percival Harrison Fawcett, un militaire britannique. En 1906, la Société géographique royale d’Angleterre lui propose de partir en Amazonie afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Sur place, l’homme se prend de passion pour l’exploration et découvre des traces de ce qu’il pense être une cité perdue très ancienne. De retour en Angleterre, il n’a de cesse de penser à cette mystérieuse civilisation, tiraillé entre son amour pour sa famille et sa soif d’exploration et de gloire… "

Encore une histoire vraie. Décidément ! Mais il s’agit d’un film d’aventure. Belles images, belle histoire. Mais qui ne donne pas envie de passer ses vacances en Amazonie !

Autres articles