Blog

vendredi 9 janvier 2015

DESSINER SANS BURKA

Cette illustration, initialement dédiée à facebook, a finalement été publiée parmi d’autres en hommage aux dessinateurs assassinés du journal CHARLIE HEBDO sur le blog "À L’ombre Du Grand Arbre", dédié à la littérature jeunesse :
http://alombredugrandarbre.com/?p=8052

J’ai d’abord hésité à adhérer à ce slogan "Je suis Charlie". Mais sans que je les connaisse personnellement, une partie des dessinateurs de Charlie étaient de "vieux copains" : ils m’avaient fait rire lorsque je les lisais il y a une trentaine d’années. Ils faisaient partie de mon histoire personnelle. Affectivement, leur mort m’a beaucoup choquée.
J’avais perdu de vue leur publications depuis longtemps, sauf lors des caricatures de Mahomet ou, si la réaction des islamistes me paraissait démesurée, il me semblait que les caricaturistes avaient un peu exagéré. Je suis pour la remise en cause des religions dont le dogmatisme est exaspérant, mais on peux le faire de façon moins virulente : Je préfère l’humour tendre ! Pour ce deuxième point, je me sent un peu moins "Charlie".
Ces dessinateurs faisaient un métier proche du mien et, par identification, je ne peux que me révolter contre leur sort atroce : aucun créateur d’oeuvre ne mérite la mort, (ni personne d’ailleurs). C’est pourquoi j’ai finalement conclue que moi aussi "Je suis Charlie", ce qui pour moi signifie littéralement : "je suis favorable à la liberté d’expression".
Devant un tel slogan, "Je suis Charlie" chacun projète ce qu’il veux et on peux comprendre autre chose, et/ou ne pas être d’accord ! Les symboles s’interprètent de façon variable. C’est leur force et leur faiblesse. Je comprend que certaines personnes issues de l’immigration ou religieuses ne se sentent pas Charlie. Néanmoins, je suis heureuse de vivre dans un pays ou ce genre d’impertinence journalistique est possible.
Les survivants de Charlie ont remis en cause ce soudain spectacle autour d’eux. Ils aiment attaquer les symboles et ne veulent pas en devenir un. Ils sont pourtant, finalement, tous venus manifester le 11 janvier ! Ils ont triomphés lorsqu’Hollande a embrassé l’urgentiste Patrick Peloux, qui le premier, avait découvert le massacre de ses copains... Et qu’un pigeon a chié sur l’épaule du président... Et que Luz a éclaté de rire ! À ce moment, je les ai tous aimé ! ILS ÉTAIENT BIEN CHARLIE !

Cliquer pour l’article précédent : HARMONIE DU SOIR

Retour à l’ACCUEIL DU SITE

Autres articles