Bibliographie

lundi 3 octobre 2011

Vivre

Pour la première fois, les parents de Gabriel, tous deux exobiologistes, emmènent leur fils en mission d’exploration sur la Planète8, où des extraterrestres ont été localisés.
Sur cette planète fascinantes dont le paysage se modifie sans cesse, Gabriel, qui a perdu sa soeur un an plus tôt, va vivre une expérience qui changera tout pour lui.


AVIS


Sur Babelio

"Je pense que tous les éléments sont réunis pour faire de cette histoire un agréablement moment de lecture pour les jeunes : un style simple, une histoire à la fois futuriste et pleine de sentiment. L’auteure mêle habilement science fiction et émotion, en abordant des sujets sensibles comme la perte d’un être cher, et le deuil." Les lectures de Liyah

"Un joli texte, poétique et doux, sur la mort et la séparation. Comme toujours, Nathalie Le Gendre met en avant des valeurs profondément humanistes et accompagne ses personnages avec tendresse." Catherine Gentile sur Ricochet

"Cette très belle histoire courte mélange avec beaucoup de simplicité les inquiétudes d’un jeune garçon sur son existence et le deuil, malgré la complexité de la tâche, Nathalie Le Gendre nous fait voyager dans un monde futuriste très poétique." Lire en tout genre

Une très jolie histoire à petit prix pour les jeunes lecteurs à partir de 8 ans.

"C’est une fable qui allie très sensiblement le thème du deuil dans un contexte SF, ce qui peut paraître difficile sur un texte si court, et presque antagoniste." Suspends ton vol

"Comme à son habitude, Nathalie Le Gendre a su insuffler cette force émotionnelle qui lui est propre, au service d’un récit poignant. En 40 pages, elle distribue les éléments nécessaires à la compréhension du passage de la noirceur destructrice à la lumière de la renaissance." Michaël Espinosa sur Yozone

"Avec des mots simples, Nathalie Le Gendre suscite l’émotion." Temps de Livres

"La sensibilité et l’empathie de l’auteur entremêlent ici la réflexion sur le poids qu’impose le deuil et la difficulté à rencontrer l’autre qui ne nous ressemble en rien.
Nathalie Le Gendre parvient une fois de plus à faire émerger dans un sujet douloureux des raisons de continuer, d’espérer."
Nathalie Ruas sur ActuSF


Extrait


Nael, Nous sommes bien arrivés sur la Planète 8. Ces voyages interstellaires sans toi deviennent un calvaire. De toute façon, nous, les enfants, nous ne voyons pas grand-chose de ces planètes. Mais franchement, à quoi bon sortir quand on n’a pas de but ?...
Tous les deux, on riait tellement, même durant les absences de papa et maman, même sous la surveillance de ces robots froids et sans vie... même confinés dans la zone sécurisée. On se tenait chaud...

Autres articles