Blog

lundi 25 janvier 2016

A bas les auteures, vive les autrices !

Je ne sais pas vous, mais moi j’ai du mal avec le féminin "auteure". Mais j’en ai marre aussi de rester au masculin : pourquoi serais-je auteur, alors que d’autres sont illustratrice, actrice, traductrice, tutrice, compositrice, collaboratrice, voire inspectrice ou directrice ?

L’étymologie et la grammaire sont formelles : le féminin logique d’auteur est AUTRICE (voir cet article québécois très clair :http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gaba...). Ca choque votre oreille ? Pourtant ACTRICE, si voisin, vous semble tout à fait banal et normal. AUTEURE, qui ne dérange pas votre oreille avec son "e" muet, est une aberration grammaticale : aucun mot en -eur ne fait son féminin ainsi, me semble-t-il.

Malheureusement, comme le souligne l’article cité plus haut, même au Québec, qui ne répugne pourtant pas à créer des néologismes pour éviter les anglicismes, "la forme autrice, tout à fait régulière, car on avait en latin auctrix, ne s’est pas imposée dans l’usage au Québec, où auteure est maintenant plus fréquent".

J’ai donc bien peur qu’"auteure" ne se généralise. Il ne mes restera alors qu’à me dire "écrivaine", ou "femme de lettres". "Femme de l’être", comme dirait Miss Tic.

5 Messages de forum

  • A bas les auteures, vive les autrices ! 25 janvier 2016 10:49, par Carole Prieur

    Bonjour Pascal, bienvenue au club des autrices ! Je défends depuis plus d’1 an ce terme qui est en effet le VRAI féminin d’auteur. J’en avais assez que le petit "e" d’auteure disparaisse régulièrement. Mais nous ne sommes pas les seules. Il existe un courant qui promeut l’égalité H/F dans le monde de la culture et des arts et qui défend l’utilisation de ce terme. A nous de généraliser "autrice". Je me prends souvent des remarques quand je le dis mais tant pis. Si le sujet t’intéresse, c’est ici : http://siefar.org/la-guerre-des-mot...
    ou ici : http://www.google.fr/url?sa=t&r...

    A bientôt chère autrice, Carole Prieur

    Répondre à ce message

  • A bas les auteures, vive les autrices ! 27 janvier 2016 12:13, par Chantal Cahour

    Bonjour Pascale,

    Personnellement, je préfère "auteure" que je trouve plus agréable à l’oreille que "autrice".
    Et auteure semble plus admis qu’autrice d’après mon livre de référence en ce qui concerne ce sujet (je suis une fervente défenseuse de la féminisation des noms de métiers, fonctions, etc.).

    Ce livre s’intitule "Femme, j’écris ton nom..." et s’annonce comme le "Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions". Il est édité par La Documentation Française, et écrit sous la houlette du Centre National de la Recherche Scientifique et l’Institut National de la Langue Française (je crois que j’ai mis un peu beaucoup de majuscules mais, bon, ne chipotons pas...).

    Bien sûr, il faut que j’avoue qu’il n’est pas très jeune puisqu’il a été publié en 1999, mais ça prouve simplement qu’on a encore du pain sur la planche. En tout cas, j’adore ce bouquin et je m’y réfère quand j’ai un doute à propos du féminin d’un mot de ce type.

    Et, pour ma part je veux bien me nommer auteure ou autrice, pourvu qu’on ne m’appelle pas écrivain ou auteur, ce qui a le don de m’énerver !

    Bonne journée madame l’autrice !

    Chantal Cahour
    auteure pour la jeunesse

    PS : je constate que, dans ce message, le correcteur d’orthographe a souligné en rouge "défenseuse", dont il ne veut pas. A bas, l’affreux macho !

    Répondre à ce message

    • A bas les auteures, vive les autrices ! 27 janvier 2016 13:38, par Pascale Maret

      Merci Chantal de donner ainsi ton sentiment. Je reste pour ma part plus sensible à la logique grammaticale qu’à l’euphonie (et, je le répète, "autrice" n’est pas plus désagréable à l’oreille qu’ "actrice", c’est juste une question d’habitude). Mais je pense comme toi qu’auteure a plus de chance d’être admis, et cela reste préférable pour moi à "auteur".

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

Autres articles