Blog

mardi 7 avril 2015

Beaucoup d’élèves et quelques gros mots : le Prix "Lire et choisir"

Il y a deux semaines j’ai rencontré 16 classes de 5ème à Saint Quentin-en-Yvelines et ses environs dans le cadre du prix "Lire et choisir". L’encrier maudit avait en effet remporté le prix, contre mon attente, et en tant que lauréate je devais assurer toutes les rencontres.

Ce type d’invitation est toujours problématique pour un auteur : il faut en effet accepter de bloquer une semaine sans savoir si on remportera le prix et donc si l’on sera finalement sollicité. Et si on l’est, il s’ensuit un marathon assez fatigant.
Il serait plus équilibré, comme je l’ai suggéré aux organisateurs, d’inviter plusieurs auteurs de la sélection (en l’occurrence deux autres livres étaient en lice : On n’a rien vu venir et Dossier océan) et de répartir les rencontres entre eux. L’opération pourrait ainsi être concentrée sur deux jours au lieu de cinq, la charge serait moins lourde pour chacun, et les retombées financières mieux partagées.
Et puis les classes pourraient choisir l’auteur à inviter. Cela éviterait ainsi à la prof obsédée par le "beau langage" de devoir faire lire un roman comme le mien, où, horreur sans nom, il y a des GROS MOTS  ! Quand j’ai essayé de faire remarquer à la dame que les dits gros mots ne se trouvaient pas dans la narration (à la 3ème personne), mais dans les dialogues des gamins, et plus particulièrement dans la bouche d’un protagoniste qui a pour caractéristique d’être un petit gars assez brut de décoffrage, elle a continué à marteler que "quand même, vous n’auriez pas dû en mettre tant". Eh oui, il y a encore des profs de lettres persuadés qu’un roman se jauge à l’aune d’une rédaction d’élève. Promis, la prochaine fois je mettrai des beaux mots comme "opalescent, fuligineux et sortilège". Faut pas croire, j’ai du vocabulaire quand je veux !

( Linogravure de Jean-Pierre Coasne)

Ceci dit, les rencontres se sont plutôt bien passées, avec des jeunes assez divers selon les établissements. Une mention spéciale à la classe de Magny-les-Hameaux, avec qui j’ai eu droit à une séance plus longue et très agréable ! Et au collège Hélène Boucher, dont les élèves étaient très attentifs, et qui a filmé une partie de la rencontre (vidéo visible sur ce lien).

Autres articles