Blog

mardi 2 juin 2015

Sans voix

Sans voix, c’est comme ça que j’ai achevé ma petite tournée dans le Sud-Ouest, ce qui n’est pas l’idéal pour assurer des rencontres avec des classes. Les jeunes ont heureusement été fort gentils et se sont abstenus de tout murmure intempestif !
D’abord invitée pour le prix Tatoulu dans le Gers, j’ai découvert la jolie librairie "La Tartinerie" (qui, oui, sert aussi des tartines) dans le village de Sarrant, et ses libraires plus que sympas, employées comme patrons, chez qui j’ai même logé. Le prix sera décerné samedi, mais quel que soit le résultat, ces rencontres étaient bien agréables.

La librairie "La Tartinerie", à Sarrant

Ensuite, direction Montauban, pour des rencontres autour cette fois de "La véritable histoire d’Harrison Travis", sélectionné pour le prix des collèges de la ville. Les briques roses, l’accent chantant, le pont Vieux sur le Tarn, les statues de Bourdelle, enfant du pays, et le soleil qui pointait son nez ont rendu mon bref séjour plutôt plaisant.

Le centaure de Bourdelle (derrière, une petite fille sur un cheval à bascule qu’on voit mal car mon téléphone fait des photos nulles. L’idée était bonne, mais la réalisation...)

Je suis repartie sans le prix, remporté haut la main par "La double vie de Cassiel Roadnight" de Jenny Valentine (j’étais 2ème quand même, ce qui m’arrive souvent : je suis le Poulidor du roman jeunesse…), mais avec le souvenir d’un accueil chaleureux dans les classes où je me suis rendue : saynètes, petit "musée Harrison Travis", affiches, montage musical très réussi, toutes ces activités autour de mon livre m’ont laissée… sans voix ! Je suis rentrée chez moi aphone mais contente, juste un peu déçue de n’avoir pu passer plus de temps avec les auteurs qui restaient sur le salon.

Le Musée Harrison Travis au collège Flamens de Castelsarrazin

1 Message

  • Une voix, dix doigts 6 juin 2015 13:45

    Oui, je sais, je plagie sans vergogne le titre d’un album de Nougaro mais c’est pour la bonne cause. Merci pour votre venue dans notre établissement de Castelsarrasin et pour votre indéfectible bonne humeur en dépit de votre aphonie et des erreurs d’horaires. Au passage, nous réfléchissons activement à une façon de NE PLUS travailler avec l’association concernée et de vous convaincre de revenir l’an prochain ! Je suis en train de taper le compte-rendu de votre visite, ainsi votre voix sera malgré tout entendue au collège (d’où le titre ci-dessus) et les élèves préparent des lettres que j’espère pouvoir vous transmettre avant Noël prochain. Je vous souhaite d’autres agréables rencontres avec les élèves de tous bords. Cordialement,
    M.B.

Autres articles