Blog

lundi 16 février 2015

Une belle fourchette de Prix

Beaucoup de prix en littérature jeunesse, des grands, des moyens, des plus confidentiels ! Le site Ricochet en recense 150 (liste ici).
Pour vous aider à vous y reconnaître, une brève étude de ces prix, en me cantonnant à ceux qui sont décernés en France :

La sélection

Elle est dans l’immense majorité des cas, et quel que soit le jury, le fait d’un groupe d’adultes : enseignants, bibliothécaires, documentalistes, libraires ou membres de l’organisation du prix. Les livres sélectionnés sont le plus souvent des livres parus l’année précédente, mais ils peuvent aussi dater un peu plus. Le nombre de titres sélectionnés peut varier de trois à cinq, six, voire plus.
Les prix nationaux proposent en général dans leur sélection des titres étrangers, ce qui nous hérisse un peu, nous les auteurs français qui avons déjà bien du mal à nous imposer face aux grosses machines anglo-saxonnes : nous pensons d’ailleurs, à la Charte, proposer la création d’un prix du meilleur livre jeunesse étranger, comme il y a à Hollywood un Oscar du meilleur film étranger.
En revanche les nombreux prix qui proposent aux jeunes lecteurs des rencontres avec un ou plusieurs des auteurs sélectionnés s’en tiennent, pour des raisons bien évidentes, aux seuls auteurs français. A noter cependant que pour le premier prix que j’ai reçu (Prix Goya découverte en 2001) les organisateurs n’ont pas hésité à me payer le billet d’avion A-R depuis le Venezuela, où je résidais à l’époque !

Le jury

Certains prix sont décernés par un jury d’adultes (Pépites, Baobab, Sorcières, NRP, Chronos...), mais ce sont le plus souvent les jeunes lecteurs eux-mêmes qui élisent le lauréat, à l’échelle d’un collège, d’une ville, d’un département, voire de la France entière (par ex : prix des Incorruptibles). Dans ce cas, cela déclenche immanquablement chez le récipiendaire un couplet ému sur le fait que "c’est tellement plus touchant/signifiant d’avoir été élu par un jury de jeunes…"

La remise du prix

Si la plupart des organisateurs préviennent à l’avance les auteurs sélectionnés du résultat du vote, certains préfèrent maintenir le suspense et faire ça façon "Oscars". Pas forcément agréable pour les "perdants", même s’il se trouve toujours un fan pour venir vous dire que votre livre était le meilleur et vous mettre du baume au coeur. Oui, les auteurs sont en général de petits êtres à l’ego fragile...

La dotation

Le simple fait d’avoir un livre dans une sélection est déjà une belle satisfaction pour l’auteur qui voit son travail reconnu et qui bénéficie de quelques retombées financières : ventes du livre en hausse (mais à noter que le célèbre Prix des Incorruptibles réalise un tirage à bas prix des ouvrages sélectionnés, ce qui fait perdre à l’auteur comme à l’éditeur l’essentiel des revenus qui pourraient découler de la sélection), ensuite et surtout des journées de rencontres avec les jeunes lecteurs, correctement rémunérées.
Certains prix (rares) sont dotés d’une somme d’argent parfois conséquente (par exemple : Prix ados Ile et Vilaine, Prix Sésame), pour les autres on se contente de rapporter à la maison un beau diplôme, un bouquet de fleurs (pas génial quand il faut prendre le train avec et qu’on trouve le moyen de renverser l’eau du sac cellophane sur la tête de ses voisins), une oeuvre d’un artiste local (aïe, la sculpture en bronze de 8 kilos qui me sert aujourd’hui de cale-porte), des produits gastronomiques locaux (la bouteille d’alcool est en général appréciée, de même que les chocolats…), des trophées fabriqués maison ou école.

Quelques-uns de mes trophées (soyons honnêtes, je n’ai pas tout gardé).

Pour clore ce survol, une liste des prix pour lesquels mes livres étaient sélectionnés cette année, et dont certains sont déjà attribués, d’autres pas encore :

- Les ailes de la Sylphide, paru en 2013 :
>Prix Sésame, attribué à l’occasion de la Fête du livre de Saint-Paul-Trois-Châteaux. (—> raté de peu, tant pis pour le chèque !)
>Prix Tatoulu, à l’échelle nationale
>Prix des lycées de Rueil-Malmaison, à l’échelle d’une ville
>Prix de la Citoyenneté, à l’échelle d’un département (Maine et Loire)

- La véritable histoire d’Harrison Travis, paru en 2012 :
>Prix Lirélire de l’Ecole européenne du Luxembourg (—> lauréat, je vais chercher le prix dans deux semaines)
>Prix des collèges de Montauban

- L’oiseau arlequin, paru en 2011 :
>Prix Atout-Lire, à l’échelle d’une communauté de communes de la Somme

- L’encrier maudit, paru en 2011 :
>Prix Lire et choisir, à l’échelle d’une ville (St Quentin en Yvelines) (—> lauréat)

Autres articles