Revue de presse

lundi 26 août 2013

Les ailes de la Sylphide

"Elle s’appelle Lucie et son histoire va vous bouleverser.
Pascale Maret réussit le tour de force de nous embarquer dans une histoire fantastique, peuplée d’être féériques mais parfois tellement cruels. Pourtant même si on y croit et qu’on voudrait y croire jusqu’au bout, le doute s’installe peu à peu et on devine que quelque chose ne fonctionne pas dans l’histoire racontée aux policiers… Un roman fort sur l’adolescence, le passage à l’âge adulte mais aussi l’abus dont sont victimes régulièrement enfants et jeunes gens de la part d’adultes pervers et dangereux. Un très beau roman, fort et sensible qui donne l’espoir que, malgré le drame, se reconstruire et vivre est possible encore."

Joseph, Blog de la librairie "Les sandales d’Empédocle", Besançon. Vous pouvez lire la totalité de l’article en cliquant ici

"Pascale Maret va vous entraîner dans un roman follement original qui navigue entre réalisme et magie avec bonheur, semant des pièges délicieux pour un lecteur totalement captif, immergé dans un récit touchant, poétique et cruel et dont la fin bouleversante restera longtemps vous serrer le coeur. Autant vous prévenir : vous allez sortir de ce texte délicat et sensible tout chamboulé !"

Blog "Des ados à la page". Vous pouvez lire la critique complète en cliquant ici.

"Pascale Maret s’essayerait-elle au fantastique ? Au début circonspect, un peu décontenancée devant le côté « simple » de l’intrigue (les sylphes après les vampires, on serait presque blasés), le lecteur pressent pourtant le drame. Quel sera-t-il et jusqu’où ira-t-il ? Cette unique question compose toute la tension du roman, écrit en phrases courtes et sèches – qui, déjà, s’accordent mal avec le caractère légendaire, un peu lyrique, des petites fées. La réponse n’apparaîtra vraiment qu’en toute dernière conclusion (le livre est un long retour en arrière). Et ce final époustouflant, effroyable aussi, s’insère alors complètement dans l’oeuvre de Pascale Maret, une œuvre à la fois réaliste et sociale. L’auteure nous a bien eus : on a envie de dire bravo, si son personnage aérien n’en ressortait pas aussi brisé, dévasté... Un roman en forme de piège qu’on n’oublie pas aisément."

Sophie Pilaire, Blog "Les riches heures de Fantasia". Vous pouvez lire la critique complète en cliquant ici

"180 pages de pur bonheur, de poésie et de légendes, de rêves et de frissons.
Lucie est à l’hôpital depuis trois jours quand deux policiers lui demandent de raconter son histoire avant sa chute d’un balcon. Commence alors un récit onirique magnifique situé entre légendes celtiques et danse classique sur le thème de la sylphide. Elle découvrira qu’il est bien dangereux de se balader seule en forêt, où rôde le terrifiant Salamandre, créature du feu égoïste et cruelle.
La fin vous réserve une surprise de taille !"

Aurélia L., Librairie La rose des vents, Dreux

“Pascale Maret parvient à nous embarquer dans une histoire féerique, fantastique et pourtant on sent là-dessous une réalité plus cruelle qui se cache et se dérobe.... On s’accroche à cette héroïne, à ses rêves, ses espoirs et notre seule peur c’est de ne pas voir son envol. Ce roman nous transporte, nous secoue et nous laisse dans la bouche un goût à la fois sucré et amer. "

Blog de la librairie "Le divan jeunesse", Paris.Vous pouvez lire la totalité de l’article en cliquant ici

"Ce roman de Pascale Maret est vraiment plein de surprises, empreint de réel, on ne s’attend pas à découvrir un univers fantastique. J’ai eu la sensation de lire un conte : il y a la forêt, la métamorphose, le mystère de la naissance… Un conte roman qui vous emmène ailleurs pour mieux vous parler du quotidien… Une histoire à dévorer dès 13 ans qui ménage le suspense et vous tient en haleine jusqu’au bout… !"

Blog de la librairie "La soupe de l’espace". Vous pouvez lire la totalité de l’article en cliquant ici

" Le roman de Pascale Maret offre une lecture à plusieurs niveaux. C’est une confidence, sur un oreiller d’hôpital, une conviction qui joue de faux-semblants et de silences. C’est une délivrance aussi, lorsque les mots se chargent enfin de vérité. En flirtant avec l’imaginaire, en évoluant sans cesse à la frontière du fantastique, l’auteure évoque une adolescence meurtrie, une jeunesse volée où la violence et la peur imposent trop souvent un silence mortifère à leur victime. Où la seule issue est la vie rêvée, la plus légère possible. Le texte est merveilleusement maîtrisé et son originalité en fait la force, dévoilant peu à peu ce qui ronge Lucie et soulevant en toute fin une vérité crue. Un livre à double fond, étonnant, qui laisse une empreinte indélébile."

Blog Enfantipages, 9 septembre 2013. Vous pouvez lire la totalité de l’article en cliquant ici

"Quelle histoire, mais quelle histoire ! Je pense qu’elle en dupera plus d’un, mais ce serait déjà trop en dire. C’est un véritable tour de force qu’opère Pascale Maret, avec ce roman à plusieurs tiroirs. Il s’ouvre sur la confession d’une adolescente, allongée sur un lit d’hôpital, grièvement blessée. La police est à l’écoute, le témoignage défile. Long, très long et grave. On n’en perd pas une miette, on se sent même poussé dans le récit, au cœur d’une histoire hallucinante mais passionnante.
Elle n’en cache pas moins un autre aspect, une autre lecture... mais je pense qu’il vous faut la découvrir en toute innocence, sans attente précise, laissez-vous étourdir, joignez votre pas de danse à celui de l’héroïne, laissez-vous guider et vous en ressortirez avec l’étrange sensation d’avoir lu un texte lourd, fort et saisissant d’ingéniosité. Une étourdissante supercherie !"...

Blog Chez Clarabel, 12 septembre 2013. Vous pouvez lire la totalité de l’article en cliquant ici

"C’est un roman très beau et très perturbant qui m’est passé entre les mains. Quelques heures de lecture avide m’ont portée à la conclusion de l’histoire, car tout tient beaucoup au suspense. Pas de récits superflus, l’histoire est tendue comme il faut. Détrompez-vous, ceci n’est pas un roman fantastique, car on s’en doute, Lucie détourne et masque sa véritable histoire. Moi, naïve lectrice, j’aurais aimé que ce rêve se poursuive, j’y croyais dur comme fer, mais il est brutalement interrompu par le cauchemar de la réalité crue. Il faut bien remettre les pieds sur terre et affronter les épreuves de la vie, quelle que soit leur dureté. Je n’en dirais pas plus, seulement que c’est un très beau roman aux accents poétiques qui adoucissent l’horreur. Quand on nous arrache les ailes, il faut savoir les réparer ou les faire repousser…"

Blog "Suspends ton vol". Vous pouvez lire la totalité de l’article en cliquant ici.

"Ce roman est saisissant ! Si le mot latin sylphus signifie génie, il faut reconnaître ici le génie de l’auteure. D’une plume sensible, au bord du fantastique, Pascale Maret nous propose un ailleurs pour mieux nous conter le quotidien d’une jeune fille meurtrie. (...) *** coup de coeur *** pour ce roman fort, maîtrisé à la perfection, qui tient en tension le lecteur jusqu’à la dernière ligne, en note d’espoir de reconstruction. Mention spéciale à la sublime couverture. A lire de toute urgence."

Blog "3 étoiles". Vous pouvez lire la totalité de l’article en cliquant ici

"La force magistrale de ce roman est de nous livrer l’histoire telle que la raconte Lucie, telle que la vit Lucie.
On voyage entre aventure et poésie dans un univers qui devient de plus en plus sombre au fil des pages. Ce récit est sublime par son côté fantastique et c’est cela qui rend ce roman si magistralement construit. Un roman à la couverture splendide qui aborde plusieurs thèmes importants pour l’adolescence et nous offre un récit complexe. Le plus surprenant est sans doute de lire que l’auteur elle-même s’est laissée surprendre par son personnage et par son histoire au milieu de l’univers de la danse qui la fascine.
Un coup de cœur pour la construction mais aussi la très belle plume de Pascale Maret et cette Lucie si touchante."

Blog "Délivrer des livres". Vous pouvez lire la totalité de l’article en cliquant ici.

"C’est un roman bouleversant, remarquablement bien mené et écrit, comme un pas de danse maintes fois répété. Pascale Maret ne triche pas : elle connait parfaitement bien le milieu de la danse classique. La métaphore qu’elle y a induite sur le traumatisme apporte à cette histoire une dimension psychologique menée de main de maître. Un roman qui vous coupe le souffle, vous laisse littéralement en apnée...et qui en dit long sur ce que souvent le corps nous dit, par devers-soi. Et que la parole finit toujours par trouver son chemin."

Blog "Mélimélo de livres". Vous pouvez lire la totalité de l’article en cliquant ici

"J’ai adoré l’histoire, du début à la fin. J’ai beaucoup pleuré. Le lecteur fait corps avec Lucie, devine ses peurs, ses peines, ses exigences. L’univers rude et compétitif de la danse, que je ne connais absolument pas, m’a semblé très bien décrit. Le fantastique se mêle étrangement bien au réel, on ne distingue pas l’illusion du vrai. La tension est latente, l’écriture délicate et fluide, et la chute, brutale, inattendue. Une très belle métaphore que cette métamorphose en sylphide. Ce n’est pas un simple coup de cœur, cette histoire m’a vraiment bouleversée. Je la chérirai longtemps…"

Anahita, Blog "Un simple tabou". Vous pouvez lire la totalité de l’article en cliquant ici

"On y croit jusqu’au bout. On se retrouve fasciné et comme aimanté par cette histoire où finalement le fantastique s’accorde avec la réalité en parfaite harmonie. Complétement surprenant et saisissant, ce roman est finement mené, de sorte que la vérité frappe de plein fouet. On en ressort secoué, complètement bluffé : un régal. Bravo Pascale Maret, quelle maîtrise ! A en dire trop, je n’en dirais encore pas assez, lisez-le, vous comprendrez…"

Céline, Blog "A lire au pays des merveilles". Vous pouvez lire la critique complète en cliquant ici . Et prendre connaissance des impressions de lectures croisées de Céline et de trois de ses amies blogueuses sur ce lien.

"Les ailes de la sylphide est un roman d’une grande richesse psychologique, très dense par les thèmes abordés (on est loin d’un énième avatar de créatures fantastiques). Pascale Maret évoque les transformations du corps à l’adolescence, l’univers de la danse, le suicide … avec beaucoup de grâce et de modernité. En conclusion = Une pépite qui mêle l’univers aérien de la danse et des sylphides à des sujets très graves."

Blog "Chez Mrs Frigg". Vous pouvez lire la critique complète en cliquant ici

"La douceur éthérée de l’héroïne Lucie n’est qu’un aspect d’un personnage beaucoup plus profond qu’il n’y paraît au premier abord. Mais nous n’en dirons pas plus, simplement que la violence du twist final des "ailes de la sylphide" en surpendra plus d’un."

Gwendal, Blog de la librairie "Récréalivre". Vous pouvez lirz la totalité de l’article en cliquant ici.

Autres articles