Biographie

lundi 13 septembre 2010

Un nom anglais, un mari italien, des origines catalanes et provençales, un prix Nobel de littérature dans la famille (dommage, ce n’est pas elle, mais elle n’a aucune intention de prendre la relève…) Sandra Nelson aime les histoires qui font peur (oui, mais pas trop), pleurer (un peu) et rire (beaucoup). Elle n’aime pas (du tout) celles où les jeunes filles attendent, en dormant, que leur prince charmant viennent les délivrer… Mais au contraire, elle se passionne pour les héroïnes courageuses, vaillantes et téméraires… contrairement à cette froussarde qui invente ses histoires confortablement installée derrière son ordinateur, en buvant du thé à la bergamote, comme une vieille dame anglaise qu’elle n’est pas (encore) et indigne, de préférence…

Sandra a écrit son premier texte sur le thème de la marginalité et c’est tout naturellement la forme de la fable qu’elle a employée. Et depuis, sont nés des livres sur la différence, l’amour, l’amitié, les cultures étrangères…

Sandra Nelson est par ailleurs journaliste et écrit aussi des livres pour les adultes, quand il lui reste un peu de temps après sa boulimie de lecture, de Chamsukalibranouvsk (activité consistant principalement à observer, flâner, prendre son temps, et qui se termine invariablement par un bon roupillon) et la dégustation de chocolat (cette dernière activité pouvant toutefois avoir lieu en même temps que le travail d’écriture).

Autres articles