chansons

samedi 4 mai 2013

Halb, l’autre moitié

Toute mon actu sur mon nouveau site : http://www.sigridbaffert.net

Pour écouter quelques extraits du livre-CD HALB, l’autre moitié, cliquer ici
Paroles : Sigrid Baffert - musique : Alexis Ciesla

Téléchargez le dossier de présentation du spectacle
par le Collectif de l’Autre Moitié.

Extrait 1 :

A court d’inspiration, Tallinn fait venir un marchand de lunettes.
« Si Baka voit plus net, elle aura peut-être de nouveau les idées en face des trous. »
Quand le marchand de lunettes entre dans l’appartement, il reste en arrêt devant Frageh, énorme comme une question trop lourde à soulever.
Effrayé, l’homme se contente d’observer de loin, comme ça, prudemment.
Puis, un peu las - ou un peu lâche -, le marchand finit par éluder.
« Bon, vous me montrez vos lunettes ? », interroge Baka avec lassitude.
L’homme ouvre alors une grande mallette :
« Vous allez voir », l’encourage le marchand, « j’ai plein de nouveau modèles ! »

Chanson du marchand de lunettes

Essayez donc ces lunettes bleues
vous pens’rez grand, vous pens’rez net, vous pens’rez beaucoup mieux
Essayez donc ces lunettes rondes
dites-moi s’il tourne mieux, ce monde !

Avec ces verres, sortez du flou
oui, avec ça vous aurez les idées en face des trous
De nouveaux yeux, sur la planète
pour voir enfin clar-i-nette !

Chassez le vague, le vague à l’âme
deux petits verres pour dissoudre les drames
un peu de collyre ôter les poussières,
éclaircir tous vos souvenirs

Essayez donc ces lunettes jaunes
un effet bœuf, un effet d’serre sur votre couche d’ozone
Essayez donc ces lunettes noires
pour fouiller au fond de votr’ mémoire

Si votre esprit est trop poussif
j’ai là en stock dans ma valise de bons verres progressifs
Au pire si l’on n’peut rien y faire
il me reste un œil de verre...

Chassez le vague, le vague à l’âme
deux petits verres pour dissoudre les drames
un peu de collyre ôter les poussières,
éclaircir tous vos souvenirs

« Cʼest bien gentil, mais des lunettes neuves ne permettent pas de lire dans le passé ! » soupire Baka.
« Peut-être quʼil faudrait une lunette astronomique ? », interroge Frageh. (...)

Écouter la chanson du marchand de lunettes.

Extrait 2 :

Écouter Choper une mélodie par les oreilles.

Extrait 3 :

Le soir, le trio trouve refuge dans un cabaret-jazz.
« Ici, on trouvera peut-être ce que l’on cherche » dit Tallinn.
C’est jour de relâche pour les musiciens, ils discutent autour d’un verre de bière avec le patron, en mangeant des bureks et des brochettes.
« Tiens, voilà une drôle de bande », plaisante le patron à leur arrivée.
« Un nouveau jazz band », renchérit Amia la chanteuse, une grande brune aux chevilles de vent. Tallinn sort sa clarinette de son sac et leur joue le début de la mélodie. Elle leur demande alors si, par hasard, ils voudraient bien l’accompagner.
« Vous connaissez ? » demande Tallinn.
« Je ne crois pas, mais je me souviens d’un vieil air que fredonnait ma nourrice pour m’endormir », murmure Amia. Et la voilà qui entonne une chanson venue de la Mer Noire, une chanson qui vous berce l’âme comme un voilier et vous arrache tout le sel des larmes.

Chanson d’Amia

Sur le quai les mains flottaient dans le vent
debout des femmes pleuraient
déjà au loin sur l’océan
une voile dansait

et elle, dos à la terre
elle interrogeait le temps
combien de jour en mer ?
combien de survivants ?

et pour garder espoir
elle buvait en riant
mais la nuit sans y croire
priait comme une enfant

les dieux où même le diable
que les Grands Rugissants
ne gardent son amant
dans leur ventre de sable

et quand le jour était trop lourd d’attente
qu’en elle la colère montait
elle jurait face à la tourmente
qu’à son tour elle prendrait

le large sur une frégate
alors cap sur l’Orient
elle deviendrait pirate
flibustière ou forban

une vie à l’abordage
des îles rouges au levant
voir enfin le rivage
s’éloigner et pourtant

ne plus craindre l’orage
les eaux noires, les brisants
être celle qui voyage
celle que l’on attend

Téléchargez toutes les paroles des chansons sur le site de Halb.

D’AUTRES CHANSONS ?

Là ça parle d’amûûûr

Ici, des vies, des villes, des visages
avec en bonus la naissance d’une chanson en brouillon

Enfin là, quelques comptines

D’AUTRES CONTES MUSICAUX ?

Ici, des extraits de La vie bretzel, un conte musical créé avec des enfants lors d’une résidence d’écrivain dans la Loire, durant l’hiver 2009-2010

Ici vous découvrirez un petit bout de Paradis Bleu

retour page bibliographie express’

Autres articles