Biographie

mercredi 27 juin 2012

Ma mère est du Sud, mon père est du Nord, il y avait donc beaucoup d’espace pour mes dessins. Mais en vrai, il y avait tant d’émotions dans les yeux de l’enfant que j’étais, que le crayon est devenu ma béquille et mon bâton de pèlerin.

A la maternelle, je dessinais des chevaux à deux pattes, ce n’est pas que je sois nul en calcul, mais un cheval de profil a deux pattes, non ? La feuille blanche est devenue le lieu de tous les possibles. Le dessin est devenu mon sésame, mon lien avec l’humanité.

Bien plus pertinent avec le trait qu’avec le verbe, je n’ai plus cessé de dessiner, dans les marges de mes cahiers, sur les murs, sur la peau, sur les polycopiés, sur les comptes rendus, et même sur du papier à dessin !

J’ai adoré démonter les vieux réveils dans l’espoir de comprendre les rouages de la Vie. Le pli était pris ! Du canevas pour la fête des mères au kayak en bois, je n’ai eu de cesse de vouloir découvrir, comprendre et expérimenter. Fatalement, je me suis dispersé, mais que le chemin est exaltant !

Un diplôme universitaire de mécanique et le diplôme National des Arts Décoratifs de Paris sur le manteau de ma cheminée virtuelle, j’ai vécu du dessin publicitaire, puis l’illustration jeunesse a pris presque toute la place.

Enfant, je voulais faire des objets fonctionnels et beaux. Puis j’ai intégré ma passion pour la Nature dans le dessin documentaire. Mon envie de rendre la vie plus légère m’a poussé vers le dessin humoristique. Mon goût pour les histoires m’ont amené naturellement vers la bande dessinée.

Autres articles