On en parle

samedi 27 décembre 2014

L’échange

Je Bouquine n°342, 1er août 2012

"Parfois, les souhaits se réalisent... Un roman fantastique qui explore, en miroir, les chemins complexes de l’identité."


L’avis de Ricochet :

Coup de chapeau à cette écrivaine qui signe avec L’échange son premier roman !

« Je préférerais être n’importe qui plutôt que moi ! » C’est la phrase lancée par Estelle, 13 ans, à son psy lors de sa première séance. Ce guérisseur des âmes, qui pourrait figurer au générique d’un film de Woody Allen, exhausse son souhait de prendre l’identité de sa camarade d’école, Tatiana. Cette existence-là se révèle être à l’opposé de la sienne. Sa « nouvelle » mère est alitée et souffre d’un cancer. La suppléer signifie : faire les courses, à manger et s’occuper de ses trois petits frères. Sa bouffée d’oxygène, elle la trouve avec ses amis le soir des répétitions de la pièce de théâtre qu’elle a signée. Chausser les baskets de Tatiana s’avère fatigant, flippant, mais les liens tissés avec ses petits frères et les véritables amis qu’elle se découvre effacent rapidement les passages à vide. Qui n’a jamais rêvé de troquer son identité avec une autre ? Véronique Foz, avec une grande justesse de ton doublée d’une belle sensibilité, nous en livre un aperçu intéressant. Estelle, adolescente tyrannique, anorexique et solitaire, est en panne de communication. Égocentrique et malheureuse, elle est dans l’incapacité de jouir de ce que la vie lui offre. Elle juge et dénigre tout le monde, ce qui la prive d’ami-e-s. Pour cette jeune fille en mal d’être, cette étrange expérience s’avère salutaire. Se glisser dans la peau d’une autre lui a fait prendre conscience de l’amour que ses parents lui portent, de l’importance d’avoir de vrais amis et de la chance de vivre dans un certain confort financier.

Emmanuelle Pelot site Ricochet


SUR LES BLOGS :

ENTRE LES PAGES 17 mars 2015

Estelle n’en peut plus d’être elle-même. Elle ne mange presque plus, ne semble pas avoir une once de gentillesse en elle. Étrange. Elle a pourtant une vie plus que confortable. Ses parents lui offrent tout ce qu’elle désire depuis toujours. Dernièrement, sa mère a même le don de lui faire des cadeaux sans qu’elle le demande. Elle veut sûrement combler le vide qu’a laissé son père depuis leur divorce. Un père qu’Estelle ne veut plus voir. Passer du temps avec sa nouvelle femme et rencontrer son nouveau petit frère, elle ne le conçoit même pas. La jeune fille est réellement malheureuse. C’est pourquoi elle déclare à son psychologue qu’elle désirerait être une autre, n’importe qui, même Tatiana, une de ses camarades de classe « qui n’a pourtant pas une vie marrante ! ».

Le lendemain, Estelle se réveille dans une chambre qui n’est pas la sienne. Son père la réveille avant de partir travailler. Sa mère est gravement malade et a besoin qu’on lui apporte son petit déjeuner. Ses petits frères lui sautent dessus. Eux aussi doivent manger, se préparer pour l’école, y être accompagnés. Estelle est dans le corps de Tatiana… et vice versa. Ce qui permet à Estelle de découvrir, de mener, une existence intense au cœur de laquelle règnent l’amour, l’amitié, la solidarité, la confiance, le dévouement.

Une existence qui va même la guider vers le théâtre. Qui va évidement lui faire prendre conscience de ce qu’elle possède et de ce qu’elle désire. Sa drôle d’aventure est d’une grande délicatesse. Du premier au quatrième ou cinquième rôle, tous les personnages sont vrais et touchants. En L’échange est une lecture intelligente et émouvante dont le lecteur ressort lui aussi grandi.

A consulter sur ELP et Paperblog


Lire, voir, écouter (http://chermedia.com) 8 août 2012

Estelle , 13 ans, vit dans un environnement social très favorisé. Pourtant depuis le divorce de ses parents et la naissance d’un demi-frère, que son père a eu après un remariage, elle est toujours en position de contestation, à l’école, ou elle se fait renvoyer de tous les collèges ou avec sa maman, qui pourtant fait tout pour lui plaire… Ne sachant plus quoi faire face au comportement de sa fille, la maman d’Estelle lui prend un rendez-vous avec un psychologue. Dans la salle d’attente, Estelle est perturbée par deux tableaux. Ce sont des toiles de Frida Khalo. Le psy qui la reçoit, seule : “je vous écoute” Estelle : “Je préfèrerais être n’importe qui plutôt que moi” Le psy : ” Qui, par exemple” Estelle : ” N’importe qui même Tatiana, qui n’a pourtant pas une vie marrante.” La mère de Tatiana est atteinte d’un cancer, elle a trois petits frères, le père est au chômage et peut-être même que leurs papiers ne sont pas en règle… Mais Tatiana est aussi la fille la plus appréciée du collège… Suite à ce court entretien, le psy lui donne rendez-vous huit jours plus tard. Rentrée chez elle, Estelle fait des recherche sur Frida Kalho puis s’endort. Réveillée par un homme qu’elle ne connaît pas, dans un lit qui n’est pas le sien, elle se retrouve dans le corps de Tatiana et va devoir apprendre à vivre la vie “pas marrante” de celle-ci et à gérer le quotidien de cette famille. Tatiana, elle, se réveille dans le corps d’Estelle…Les deux jeunes filles vont être obligées de communiquer, d’essayer de comprendre la situation et de faire en sorte que leur entourage, parents et amis, ne subisse pas les conséquences de cet échange. En voyant son propre corps animé par Tatiana, Estelle va apprendre à s’aimer, et devenir plus sociale. Elle va voir combien il est bon d’être appréciée de ses camarades, de ses professeurs. Elle va, aux côtés de la mère de Tatiana, voir combien les petites misères qui lui pourrissaient la vie n’ont que très peu d’importance.

Un sympathique roman sur la vie, ses joies et ses peines. Si, quelquefois la situation est grave, dans l’ensemble il y a beaucoup d’humour, de sensibilité. Une occasion aussi de se pencher sur le destin de la peintre qui n’a jamais baissé les bras face à tous les mauvais tours de la vie…

Martine Gallois


Sabio, 8 avril 2012 A l’ombre de mon cannelier :

(...) Malgré un premier chapitre un peu « simpliste », à la fois dans l’écriture et le ton, je me suis laissée ensuite emmener par cette histoire d’une jeune fille en quête de sens et de relations humaines, d’« échanges » justement mais non pas au sens « changer de peau » mais bien de réciprocité, d’interaction. Les parties les plus riches se déroulent dans la famille et le cercle amical de Tatiana. Certes, les figures semblent un peu clichés, la méchante fille riche et seule dans sa tour d’ivoire et la jeune fille issu d’un milieu populaire, généreuse, qui brave l’adversité grâce à ses amis tous plus humains et chaleureux les uns que les autres…

Mais voilà, ça fonctionne tout de même et fait passer un joli moment d’autant que le happy end n’est pas forcément là où on l’attend ce qui est un bon point dans ce genre de roman.

Un roman jeunesse dès 12 ans je dirais qui plaira également aux lecteurs plus âgés…


AU CANADA :

Billet publié le 22 septembre 2012 sur le site de Sophie lit :

À 13 ans, Estelle a tout pour elle. Une situation monétaire confortable, une mère qui lui sert son déjeuner au lit, un physique particulièrement joli... Pourtant, elle n’est pas si heureuse. Elle n’a pas d’amis, et elle est malheureuse depuis le divorce de ses parents. Mal dans sa peau, elle souhaiterait, tout au fond d’elle, être une autre. En se réveillant un beau matin, elle réalise que son souhait a été exaucé... et elle n’est pas du tout certaine d’aimer ça.

En effet, tout au long de sa mésaventure, Estelle est amenée à réfléchir sur les raisons qui l’ont poussée à vouloir troquer sa place pour celle d’une autre. Elle réalisera rapidement que sa situation n’était peut-être pas idéale, mais que plusieurs autres ont moins de chance qu’elle. Les deux filles comprendront également que la perfection n’est pas de ce monde. Elles ne pourront jamais vivre la vie dont elles rêvent, mais elles pourront par contre tenter d’obtenir un certain équilibre si elles s’entourent de gens qui les aiment. "Rien ne vaut son chez-soi !"

L’échange tourne autour des thèmes de l’acceptation, de l’estime de soi et du respect des autres. Édité en France, le roman a pour lieu Paris et il est agréable de déambuler dans les Tuileries et de passer du temps sur les Butes Chaumont avec les personnages. L’atmosphère des collèges français et des petits appartements sont bien rendus, mais le lecteur québécois ne se sentira pas dépaysé pour autant. D’une grande lisibilité, le roman est annoncé pour les 9-12 ans, mais pourraient s’adresser davantage aux 12-15 ans dans son propos.

Mon avis : La prémisse est très intéressante : une jeune fille enviée des autres mais qui est pourtant mal dans sa peau rêve de prendre la place d’une de ses camarades de classe, sans pourtant se douter que la vie de celle-ci n’est pas aussi rose qu’on pourrait le penser. Si on a l’habitude de voir des personnages plus ou moins choyés par la vie envier des filles dont la vie semble en apparence parfaite, c’est tout l’inverse ici. On défie aussi la loi de la popularité : c’est la moins jolie et la moins bien nantie qui a le plus d’amis à l’école.

L’échange est une fiction : l’échange a bel et bien lieu, les jeunes filles se retrouvent bel et bien l’une dans la peau de l’autre et doivent trouver un moyen de reprendre leurs corps respectif. On voit Estelle s’interroger et tenter de comprendre ce qui a bien pu se passer. Elle se demande comment Tatiana, celle dont elle a pris la place, doit se sentir. Les deux jeunes filles sont conscientes que la situation est n’a rien de normal. On est à la limite du réel, et on se demande jusqu’où l’auteur ira.

L’histoire est donc bien rodée, et malgré le fait que même les personnages soient eux-mêmes sceptiques face à la situation, on s’y croirait presque. Les réflexions des personnages sont pertinentes, et l’auteure évite de tomber dans les clichés du récit fantastique.

Sarah-Jeanne


L’AVIS DES LIBRAIRES :

PAGE des libraires/Les Incorruptibles 19 janvier 2012 :

"(...) Dans ce premier roman, Véronique Foz, qui est aussi traductrice pour le cinéma et iconographe, aborde avec sincérité et humour, à la manière du film Intouchables, le thème de la famille, de l’adolescence et de l’amitié. En effet, par cet échange et cette situation inédite pour Estelle - celle de se retrouver dans la peau d’une autre - ce sont aussi des défis qui l’attendent au contact de sa nouvelle famille : sera-t-elle à la hauteur de sa tâche sans rien dévoiler de son secret ?"

Éric Giessenhoffer, Médiathèque de Mutzig


Librairie Chapitre.com :

Belle Amitié

Sous une fausse désinvolture, ce roman, un brin fantastique, vous séduira par sa profondeur et sa justesse. Un échange de vie se produit (Estelle se réveille un matin dans une chambre qui n’est pas la sienne, mais celle de sa pire ennemie...) Il en est de même pour Tatiana, elle a enfin l’opportunité d’avoir une chambre pour elle toute seule... le paradis quoi !!! De ce changement radical de vie, va naître une formidable amitié. Estelle et Tatiana en sortiront grandies, prêtes pour leur vie de jeune femme. Marianne de la librairie de PERPIGNAN Librairie Chapitre


Librairie Decitre

http://www.decitre.fr/livres/l-echa...

Nouveau corps pour une nouvelle vie ?

Depuis que ses parents ont divorcé, Estelle est malheureuse, sa mère lui offre tout ce qu’elle demande, et ne sait plus quoi trouver pour lui faire plaisir. Estelle rêve de devenir une autre. Pourquoi pas Tatiana même si elle ne l’aime pas ? Es si son vœux se réalisait du jour au lendemain ?

Voici un roman sur la différence, l’acceptation de soi et l’ouverture aux autres.

Idéal à partir de 13 ans

Alexis


Leçon de vie

Estelle est une ado en pleine crise. Elle déteste sa vie et exprime devant son psychologue qu’elle souhaiterai être n’importe qui d’autre, même cette jolie fille vaguement populaire de sa classe. Le lendemain matin son souhait devient réalité, Estelle se retrouve dans la peau de Tatiana, avec tout ce que cela implique : la mère malade, le père qui tente de joindre les deux bout, et les trois petits frères adorables dont elle doit s’occuper quotidiennement. Une belle leçon de vie et un épilogue émouvant pour ce livre inattendu.

A mettre entre toutes les mains !

Pauline Paupiette


L’AVIS DES Bibliothècaires et des lecteurs :

Les Lacustrolivres, Bibliothèques des Ecoles Secondaires de Nyon

"Une amitié impossible… ou presque ! Ce n’est pas tout les jours qu’une deuxième chance nous est offerte ! Alors, qu’en fait-on ?

Dans le premier livre de Véronique Foz, nous suivons Estelle. Elle a 13 ans et vit avec sa maman qui ne lui refuse rien. Sauf ce qu’elle aimerait vraiment… mais elle ne sait pas elle-même ce qu’elle voudrait ! Fâchée, jalouse, malheureuse, sa vie lui semble bien affreuse comparée à Tatiana, coincée entre ses nombreux amis, son petit copain, ses trois frères, un papa aimant et une maman malade. Ah oui, non quand même, la maman est gravement malade. Mais bon, ça ne fait rien, Estelle aimerait changer de vie ! Ne voilà-t-il pas qu’un matin, Estelle se réveille dans la peau de Tatiana et Tatiana dans la peau d’Estelle. Quoi ? Comment ? Pourquoi ? C’est le début d’une nouvelle vie pour chacune des deux filles.

Un roman réaliste, hormis le changement de peau, où l’on apprend à regarder les autres et les aimer, à sortir de son quotidien qui semble parfois si étroit. Un roman sur la vie quand on ne pense parfois qu’à soi."

Publié par : biblionyon | 2 septembre 2015


Bibliothèques de Châteauroux : "Troquer sa vie contre celle d’une amie qui a une vie bien meilleure !!!", Le 29 avril 2015, par Catherine

"Roman sensé et très sensible sur le besoin de se plaindre de sa vie en jalousant celle des autres, souvent d’ailleurs, sans connaître la vérité sur la leur. Le tout, avec un peu de magie."

Autres articles