Pour papoter, bloguer, échanger, c’est ici

lundi 20 juillet 2015

Si le coeur vous en dit de me rencontrer...

Si le coeur vous en dit de me rencontrer...

L ‘année scolaire 2014-2015 qui vient de s’achever fut riche en rencontres, voyages, découvertes et évènements. Elle fut agrémentée par de très nombreux prix qui ont couronné La fille qui n’aimait pas les fins (Editions Syros) co-écrit avec Matt7ieu Radenac avec lequel j’ai partagé de grands moments de rires et d’émotion. Hormis quelques soucis de règlement qui n’avaient pas de raison d’être vu le nombre de précautions que je prends avant tout déplacement, et quelques rares rencontres pas du tout préparées, le bilan est plutôt positif et j’entamerai la prochaine saison avec infiniment de plaisir. Pour que tout se passe au mieux tout au long de l’année scolaire à venir, permettez-moi juste de rappeler les quelques règles essentielles qui, si elles ne sont pas respectées, vouent systématiquement ce moment privilégié à l’échec, aussi bien pour l’auteur que pour les élèves et leur professeur, Je ne répéterai jamais assez que la réussite d’une rencontre repose à 90 % sur sa préparation en amont. Moi, de par ma longue expérience je sais faire, et mes interventions sont toutes calquées sur un modèle unique que j’applique depuis 20 ans et qui fonctionne. Si ça ne marche pas, ce n’est pas moi qui suis en cause.. Quand j’arrive dans une classe où dès le trajet gare-école, on me prévient que les enfants n’ont pas eu le temps de lire les livres (alors que ça fait six mois que l’invitation a été lancée), je sais par avance à quoi m’en tenir quant au fiasco qui m’attend. Quel est l’intérêt d’inviter un auteur dans sa classe sans avoir fait lire ses livres par les élèves, et sans avoir fait quelques recherches au préalable sur sa-vie-son-œuvre ? Faire venir un auteur coûte cher alors pourquoi un tel gâchis ? Et bonnet d’âne à ceux des enseignants qui vous sortent l’argument dont nous, les auteurs nous gaussons bien entre nous, et qui consiste à dire : J’ai préféré leur faire la surprise de votre visite, ils ne savent pas qui vous êtes et ce que vous avez écrit ! Si, si, ça nous arrive, Il arrive aussi que l’enseignant, plein de bonne volonté, m’accueille en me disant que ses élèves ont adoré mes livres et préparé une tonne de questions ! Or, il m’est arrivé très rarement que le temps des questions excède la ½ heure ! Pourquoi ? Parce que demander à l’auteur son âge, où il est né, combien de livres il a écrit et jusqu’à quel âge il a l’intention de le faire n’a aucun intérêt et ne prend guère plus de quelques minutes ! Et dommage, dans ce cas, pour l’argent dépensé dans la mesure où il suffit de quelques clics sur Internet pour avoir les réponses. Non, l’auteur, ce qu’il aime, c’est de pouvoir engager une discussion sur l’écriture, sur ses thématiques, sur ce qui a touché l’enfant-lecteur dans le livre lu, l’importance de l’écriture, des mots, de la lecture… Et cela nécessite forcément une réflexion avec l’enseignant avant la venue de l’écrivain dans la classe. Je vous invite donc à consulter également ma rubrique sur ce site : http://minisites-charte.fr/sites/ya....

Et maintenant, place aux rencontres.

Dépêchez-vous, mon planning se rempli à vitesse grand V

En vous souhaitant un très bel été riche en lectures ébouriffantes.

Autres articles