Rencontres

dimanche 3 octobre 2010

Rencontres : mode d’emploi.

Afin d’optimiser la qualité des rencontres et qu’enfants, adultes et moi-même puissent en tirer le meilleur, permettez-moi de vous exposer ici les conditions dans lesquelles j’accepte de me déplacer.

Transports, hébergement

Les billets de train et l’hébergement sont à votre charge. C’est à vous qu’il incombe de faire les réservations d’hôtel et de régler la note. En revanche, pour les billets de train, ayant un abonnement SNCF, je préfère les prendre moi-même et me les faire rembourser, mais ce dans le plus bref délai.

L’hébergement, doit être décent (minimum 2 étoiles) et situé en centre ville, si centre il y a. Epargnez-moi, de grâce, les zones industrielles où l’on me jette à 16 heures sans possibilité de déplacements et les hôtels sans ascenseur où il me faut hisser seule ma valise jusqu’au 2ème ou 3ème étage.

Vous êtes nombreux à me proposer très généreusement de m’héberger chez vous. Je sais que cela part toujours d’une excellente et louable intention, mais après une journée de rencontres j’ai vraiment besoin de créer une rupture, de me retrouver seule et libre de mon temps et de mes mouvements. S’il n’y a pas de possibilité d’un autre hébergement, vous m’en excuserez mais je préfère, dans ce cas, ne pas me déplacer.

Les rencontres

Les élèves doivent impérativement avoir au moins lu un de mes livres et avoir préparé des questions pour amorcer la rencontre.

L’idéal est de ne rencontrer qu’une seule classe à la fois à raison de trois rencontres par jour d’environ une heure. Toutefois, quand le nombre de classes est trop important, on peut éventuellement en regrouper deux.

Je n’accepte des rencontres dites 1/2 journée qu’en région Ile de France, soit à maximum une heure de déplacement de chez moi ; ou encore dans la mesure ou je suis déjà sur place, per exemple, un mercredi matin, en prolongements des rencontres du mardi.

Il arrive souvent que des élèves aient préparé avec leur enseignant une "animation’" autour des livres lus. Même si l’intention est souvent très intéressante et réussie, ne perdez pas de vue que là n’est pas le but essentiel de la rencontre. L’auteur invité l’est pour parler de son propre travail, d’échanger avec les élèves autour de l’écriture et des thèmes qui lui sont chers.

Je réponds, bien évidemment, à toutes les questions. Toutefois, il est bien plus intéressant pour moi de répondre à des questions précises sur mes textes plutôt qu’à celles dont les réponses pullulent sur Internet. Exemple : depuis combien de temps écrivez-vous ? Ou êtes vous née ? Etc...

Aspect financier

Gros changements de ce côté-là. N’étant pas affiliée aux Agessa, et ne possédant pas de n° de siret, je rencontre régulièrement des difficultés de règlement. Or cela n’a pas lieu d’être dans la mesure où ni l’affiliation Agessa, ni le n° de Siret ne sont obligatoires.

Depuis la circulaire N° DSS/5B/2011/63 du 16 février 2011, les rencontres articulées autour de lectures se déclarent en droits d’auteur « purs ». Cela signifie que les assujettis comme les affiliés peuvent les déclarer ainsi, sans limite de plafond annuel, et que ces droits sont pris en compte pour l’affiliation à l’Agessa.

De ce fait, nous n’avons plus à fournir de n° d’Agessa pour pouvoir établir nos factures et être payés puisque l’affiliation n’est plus obligatoire, les rencontres relevant des droits d’auteurs au même titre que nos livres.

Pour en savoir plus cliquez ici et

Toutefois, avant toute invitation, et parce que certaines instances financières sont encore réticentes quant à l’application de la circulaire en question, je vous demanderais de bien vouloir vérifier que celles-ci acceptent de régler ma facture de droits d’auteur et dans l’affirmative de me le garantir par écrit. Si ce n’est pas le cas, plusieurs autres options s’offrent à vous : Maison des Ecrivains, Convention, Fiche de paie...

Mais ce dont je ne veux pas et qui m’est arrivé à plusieurs reprises cette année c’est de me garantir un paiement pour lequel par la suite je devrai batailler et m’épuiser en mails de relances et autres courriers.

Désolée d’avoir à appuyer sur cet aspect matériel et bassement prosaïque des choses, mais l’accumulation de déboires fait que je préfère désormais que celles-ci soient claires afin que l’essentiel, c’est à dire les rencontres avec les enfants, ne soient pas parasitées par une kyrielle de désagréments.

Les tarifs

Journée complète  : 413 € brut, soit 375 € net 413 euros brut, diminués des cotisations ci-dessous : Maladie-maternité-veuvage : brut x 1,05 % = 4,34 euros. CSG : brut x 0,9825 x 7,50 % = 30,43 euros. CRDS : brut x 0,9825 x 0,50 % = 2,03 euros. Formation (à partir du 1er juillet 2012) : brut x 0,35 % = 1,45 euro. Total des cotisations = 38,25 euros. Montant dû à l’auteur : 375 euros net (trois cent soixante-quinze euros).

En outre, l’organisateur verse une participation de 1,1 % de la rémunération brute, au titre de la contribution Diffuseur : 4,54 euros.

Demi-journée : 249 € brut, soit 226 € net 249 euros brut, diminués des cotisations ci-dessous : Maladie-maternité-veuvage : brut x 1,05 % = 2,61 euros. CSG : brut x 0,9825 x 7,50 % = 18,35 euros. CRDS : brut x 0,9825 x 0,50 % = 1,22 euro. Formation professionnelle : brut x 0,35 % = 0,87 euro. Total des cotisations = 23,05 euros. Montant dû à l’auteur : 226 euros net (deux cent vingt-six euros).

Je ne peux que vous inciter à vous rendre sur le site de La Charte des auteurs où vous trouverez toutes les informations nécessaires à la préparation de la venue de l’auteur.

Autres articles